Les gains énergétiques après le changement de fenêtres

Lors de travaux de rénovations, les ouvertures sont souvent laissées de côté au profit de l’installation d’une nouvelle plomberie ou d’une nouvelle décoration. Pourtant, changer les fenêtres a un impact considérable sur l’isolation de la maison. En effet, les experts en la matière estiment que 10 à 15 % des déperditions thermiques passent par les fenêtres. Afin de mieux comprendre l’importance du choix des fenêtres, nous allons démontrer leur impact sur la consommation d’énergie.

L’impact de l’isolation des fenêtres sur les émissions de CO2

Bien entendu, pour obtenir des résultats optimaux, il faudra opter pour des fenêtres performantes et actuelles comme celles-ci. Pour cela, vous pouvez vous tourner vers des professionnels pour connaître les différentes caractéristiques des fenêtres existantes. Après l’installation de nouvelles fenêtres, les dépenses énergétiques peuvent être réduites de 27 %. Notons que la prime CO2 est proportionnelle aux réductions de CO2 réalisées grâce aux actions entreprises. Si les occupants d’une maison souhaitent procéder à un changement de fenêtres et de vitrage, ils peuvent demander à des experts de procéder à une simulation des effets de ce changement. Pour cela, ils se basent sur l’Uw, le coefficient  de transmission thermique qui indique la capacité des fenêtres à conserver la chaleur intérieure. Plus l’Uw est bas, plus la fenêtre est isolante. En termes de réductions de CO2, prenons l’exemple d’une maison qui utilise un chauffage au gaz. Si le foyer dépense près de 20 000 kWh par an, grâce au changement des fenêtres, sa consommation se verra réduite de 5 400 kWh. Une telle réduction représente près d’une tonne de CO2 qui peut être valorisée à près de 52,64 euros. Pour une demeure qui se chauffe au fioul, la réduction peut s’élever à 540l de fioul, léquivalent de 1 500kg de CO2. La prime CO2 coûtera près de 80 euros par an. Si de nombreux travaux de rénovation énergétique sont effectués, la prime CO2 sera élevée en conséquence.  

Les effets du changement des fenêtres sur les logements anciens

La construction de certaines maisons date de 1975. A cette époque, les enjeux environnementaux n’étaient pas les mêmes que ceux d’aujourd’hui. A part les effets sur les dépenses énergétiques, le changement de fenêtres sur ce type de bâtiment permet aussi de modifier les apports solaires et lumineux. Certains professionnels ont décidé de faire des études concrètes sur le sujet. A cet effet, ils ont découvert que les économies réalisées pouvaient atteindre les 85 %, soit 50 kWh/m2/an. Notons que les économies d’énergie ne dépendent pas uniquement des fenêtres installées, il y a aussi la zone climatique et le type de bâtiment concerné. Si les besoins de chauffage initiaux sont faibles, notamment grâce à la compacité du bâtiment, les gains réalisés seront d’autant plus considérables après les travaux. Pour ce qui est de la perméabilité du bâtiment, le changement de fenêtres permet une réduction de 1 à 3 %. S’il n’est pas essentiel d’allumer la lumière dans une pièce pour respecter les consignes d’éclairements, cela signifie que la pièce est autonome en éclairage.

Auteur de l’article : Maison