Quel poele à bois choisir ?

Pour savoir quel poêle à bois choisir, il faut non seulement définir au préalable le volume de la pièce à réchauffer, ainsi que le type de fabrication accordé pour chaque modèle.

5 conseils pour faire des économies sur sa facture de chauffage

Avec le souci de construire une maison bioénergétique, les poêles à bois ont conquis le cœur de nombreux foyers Français, car ils constituent une solution de chauffage à la fois performante et respectueuse de l’environnement. En effet, un poêle à bois est un système de chauffage complémentaire qui utilise le bois (sous forme de bûche) comme combustible.

Chauffage au bois comme chauffage d’appoint ou chauffage central ?

Il faut savoir qu’un poêle à bois est principalement prévu en tant que chauffage d’appoint, en guise de renfort au chauffage central.

Généralement fabriquée en fonte ou en acier, ce mode de chauffage répond à une utilisation ponctuelle ou non. Par conséquent, il ne possède pas une grande autonomie, car sa durée de fonctionnement est estimée à 6 heures en moyenne. Cependant, pour bien choisir ce système de chauffage, il faut considérer le volume de chauffage et les performances recommandées pour ce dernier.

En outre, les styles de conception des poêles à bois sont actuellement très variés, ce qui permet à tout intéressé de trouver un poêle à bois design à même de valoriser l’intérieur de sa maison, tout en offrant des performances de chauffage à la hauteur de ses attentes.

En général, il existe 4 grands types de poêle à bois sur le marché, mais le poêle alimenté au bois de chauffage constitue l’option la plus basique, car il s’agit là du modèle le plus commun, qui consiste à accompagner le chauffage central. Ce dernier varie en plusieurs styles de conception et de couleurs afin de convenir à presque tous les styles d’intérieur, et peut s’installer au rez-de-chaussée ou dans le salon.

Poêle à bois comme chauffage principal

Bien que le poêle à bois soit initialement conçu en tant que chauffage d’appoint, il existe quand même certains modèles qui offrent des performances de chauffage plus importantes et une autonomie plus conséquente pour faire office de chauffage principal.

C’est par exemple le cas des poêles turbo qui, grâce à la présence d’un deuxième système d’air réglable, permet d’atteindre la température voulue de façon instantanée, et tout en restant très économique.

On a aussi les poêles à double combustion qui, comme leur nom l’indique, disposent de deux chambres de combustion. À la fois écologique et rentable à 80 %, la seconde chambre consiste à brûler les gaz issus de la première combustion afin de réduire considérablement la pollution du dispositif.

Les poêles à bois à rayonnement comment aussi à conquérir le marché avec leur autonomie considérable (20 h en moyenne). Plus volumineux que les modèles conventionnels, ils peuvent accueillir des bûches de grande taille, et diffusent mieux la chaleur grâce aux matériaux réfractaires dont ils sont constitués. Le seul inconvénient avec ce modèle c’est qu’en raison de sa taille plus importante, la consommation semble plutôt élevée. Entre autres, il faut également prévoir un espace plus ample pour accueillir ce modèle, bien qu’il soit parfaitement possible de le revêtir pour l’adapter à la décoration de la pièce qui le reçoit.

Auteur de l’article : Eric lebon

Eric lebon chargé du site internet et webmaster. De l’élaboration de la stratégie écologique de l’habitat et à sa mise en place, je vous aide à comprendre et développer votre habitat écologique.

Formation : Technicien maintenance éléments confort climatiques.